Functional mastery of percussive technology in nut-cracking and stone-flaking actions

Various authors have suggested behavioural similarities between tool use in early hominins and chimpanzee nut cracking, where nut cracking might be interpreted as a precursor of more complex stone flaking. In this paper, we bring together and review two separate strands of research on chimpanzee
and human tool use and cognitive abilities. Firstly, and in the greatest detail, we review our recent experimental work on behavioural organization and skill acquisition in nut-cracking and stoneknapping tasks, highlighting similarities and differences between the two tasks that may be informative
for the interpretation of stone tools in the early archaeological record. Secondly, and more briefly, we outline a model of the comparative neuropsychology of primate tool use and discuss recent descriptive
anatomical and statistical analyses of anthropoid primate brain evolution, focusing on corticocerebellar systems. By juxtaposing these two strands of research, we are able to identify unsolved problems that can usefully be addressed by future research in each of these two research areas.

Blandine Bril,, Jeroen Smaers, James Steele, Robert Rein, Tetsushi Nonaka, Gilles Dietrich, Elena Biryukova, Satoshi Hirata and Valentine Roux

Télécharger l’article complet (exclusivement réservé aux participants à l’école d’été).

Ethnographier le tour de main

Cet article aborde le défi ethnographique particulier que pose le tour de main. Si l’on s’interroge sur la dimension corporelle de la connaissance, ce que la main ou le corps sait, il apparaît inévitable avant toute chose de parvenir à une description systématique et comparable de « comment la main et le corps agissent », aspect sur lequel nous insistons plus particulièrement dans cet article. Les questions qui serviront de fil rouge à notre réflexion sont alors les suivantes : quelle démarche méthodologique choisir pour enregistrer, décrire, analyser et comparer les tours de main, de façon à exposer tangiblement le contenu sous-tendu par cette expression métaphorique ? Pour y répondre, une première étape consiste à mettre en évidence les principales difficultés méthodologiques spécifiques à l’ethnographie des pratiques corporelles. Afin de dépasser ces difficultés, des moyens complémentaires aux outils classiques d’observation et de compilation ethnographiques seront ensuite proposés. Trois propositions méthodologiques seront avancées, illustrées chacune par un cas d’étude développé par notre équipe. Les terrains sont contrastés (France, Corée, Inde, Éthiopie), les domaines techniques différents (poterie, taille de la pierre, danse), mais ces trois exemples ont en commun une démarche pluridisciplinaire (expérimentation de terrain) qui implique notamment l’intégration d’outils issus de disciplines spécialisées dans le domaine des activités motrices (notation du mouvement dansé, sciences du mouvement). Chacune des recherches présentées à travers sa problématique particulière permettra de spécifier concrètement un aspect de la démarche générale.

Nicole Rodda, Blandine Bril, Anne-Lise Goujon, Kyung-eun Shim

Télécharger l’article complet (exclusivement réservé aux participants à l’école d’été).

Du mouvement sans sens ou du sens sans Mouvement

Par leur richesse méthodologique et la diversité des activités qu’ils
abordent, les travaux de E.J. Marey auraient pu être le point de départ de recherches conjuguant les exigences de contrôle expérimental reconnues aux sciences de la vie et la pertinence à l’égard des situations de terrain qu’offrent les sciences humaines.
Cependant l’étude du mouvement demeure clivée entre des travaux privilégiant l’étude du sens, de la finalité ou de la fonction sociale des mouvements ou des recherches en sciences du mouvement recourant souvent à des mouvements sans sens, dénués de fonctionnalité. Quatre exemples volontairement éclectiques (marche, taille de la pierre, jeu du piano et du violon) nous permettront de montrer le rôle primordial
du contexte de l’action et de la finalité dans l’organisation des comportements à travers deux types d’interactions : celles du corps et de l’environnement et celles du sujet manipulant un outil. Ces recherches tracent la voie d’une approche pluridisciplinaire du mouvement qui permettrait de sortir des apories auxquelles conduit l’étude de sens sans mouvement et de mouvements sans sens.

Blandine Bril ,Rémi Goasdoué

Télécharger l’article complet (exclusivement réservé aux participants à l’école d’été).