Le cerveau rêveur se coupe du monde extérieur

Des scientifiques du CNRS et du Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique de l’ENS-PSL viennent de montrer que le cerveau supprime des informations du monde extérieur, comme les bruits d’une conversation, pendant la phase de sommeil paradoxal liée aux rêves. Cette aptitude pourrait être l’un des mécanismes protecteurs des rêves. Cette étude, réalisée en collaboration avec le Centre du sommeil et de la vigilance de l’AP-HP, est publiée dans Current Biology le 14 mai 2020.

Lire le communiqué de presse :
http://www.cnrs.fr/fr/le-cerveau-reveur-se-coupe-du-monde-exterieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *